Message to visitors

close

 17/09/2015-Mise à jour le 25/09/2016

AVIS NOTE TRÉSIMPORTANTE AU SUJET DE MONASCENDANCE. 

Celle-ci jusqu’audébut de l’été 2015 remontaitjusqu’à

Charles Martel DEHERSTAL

en passant entre autrespar les

Rois deFrance

Donnant avec tous cespersonnages célèbres des

COUSINAGES dansGENEASTART 

J’ai perdu ces liens directs?  Pourquoi :

Voir : Chroniquefamiliale


Fernand Marie DE CHEFDEBIEN
Fernand Marie DE CHEFDEBIEN
Baron DE CHEFDEBIEN - ZAGARRIGA

  • Born 23 May 1836 (Monday) - Valdurenque, 81307, Tarn, Midi-Pyrénées, France
  • Deceased in January 1914,aged 77 years old
  • Industriel (créateur des poudres Chefdebien)
2 files available 2 files available

 Parents

 

 Spouses and children

 Siblings

 Paternal grand-parents, uncles and aunts

 Notes

Individual Note

MISE A JOUR 09/05/2016
Lors de plusieurs plantages de mon logiciel de généalogie mi 2015 j'ai perdu des données entre autres
Quelquesnotes individuelles* et médias (du fait mes sources n'était plus citées*)
ce qui s'est produit sur cette présente fiche de Fernand Marie DECHEFDEBIEN
Fur a mesuré j'essaye de remédier a tout ceci ..
À ce jourj'étais amenée par un chemin de liens ,du baron Fernand-DE-CHEFDEBIENa
la grande famille BONET de Banyuls des Aspres (Suite contact et échanges d'infos avec Monsieur Georges Bonet)
Auteur de cet ouvrage :
Histoire d'une famille roussillonnaise : les Bonet de Banyuls dels Aspres - Persée
http://www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1993_num_105_204_2384
(Dossier en cour de réactualisation)

Baron De Chefdebien (1838-1914)
L'exploitation de la carrière de talc tiré de cette roche tendreappelée « stéatite » servait aux usines
de Chefdebien pour élaborer,en tant que matériau de charge, la fameuse poudre cuprique CCD
(carbonate de cuivre déployé) utilisée pour combattre le mildiou

ce blog très intéressant , a lire en entier
ce passage évoque les conditions detravail de ces mineurs ……

Le récit que vous allez lire ci-après estl'histoire de Cobazet, domaine forestier situé dans la Haut-Conflentau pied du Massif du Madres entre la Vallée de la Castellane et celled'Urbanya
………….
Ensuite l'évolution technique et économique fait que les sociétés de Rémi Jacomy sont en faillite en 1882 et tous ses bienssont finalement vendus aux enchères en 1883.
Commence alors une autreaventure pour les habitants de la vallée de la Castellane : précédemment, c'était l'exploitation du bois de ses forêts qui primait. Avec l'achat, le 4 juin 1883 par le Baron de Chefdebien c'est la grande aventure de l'exploitation de la carrière de talc qui commence. Le talc, tiré de cette roche tendre appelée « stéatite » servait aux usines de Chefdebien pour élaborer, en tant que matériau de charge, la fameuse poudre cuprique CCD (carbonate de cuivre déployé) utilisée pour combattrele mildiou. Plus tard l'arrivée des fongicides de synthèse fit tombercelle-ci dans l'oubli, mais pendant des décennies ce furent, avec le soufre pour combattre l'oïdium, les produits vedette de la pharmacopéeviticole !

Commence alors l'éreintant travail de la mine : dans le journal des Mossétans, nous suivons l'évolution de ce chantier. Qui étaient ces travailleurs de la carrière de talc, ces mineurs qui provenaient de Mosset de Campôme mais aussi des Italiens et des Espagnols ? De4 à 7 ouvriers en 1887, ils sont de 14 à 20 en 1900 et une quinzaineen 1937. Voici rapidement esquissées leurs conditions de travail. Ilstravaillaient du lundi matin 6 heures jusqu'au samedi soir 18 heures.Ils passaient donc le dimanche à Mosset qu'ils quittaient à pied le lundi vers 2-3 heures du matin pour arriver à Cobazet. Là, une petite locomotive à vapeur dont nous reparlerons les amenait au Caillau qui servait alors de dortoir et de cantine, par conséquent, le Caillau portait le nom de « maison des mineurs » (à l'inverse des bâtiments de Cobazet, dont on ne trouve pas l'année de construction, cette « maison desmineurs », fut construite en 1870). Ces mineurs étaient soumis à de conditions de travail draconiennes, un quart d'heures de retard à l'arrivée sur le chantier et c'était la perte d'une demie journée de salaire.

Ils extrayaient ce minerai, la stéatite, et le chargeaient sur deswagonnets tirés par les vaches, sur la voie ferrée à voie étroite quil'amenaient au Caillau, ensuite c'étaient les chevaux ou des mulets qui prenaient le relais pour l'amener à Estardé. Par la suite, le Barons'équipa de cette petite locomotive à vapeur fabriquée par Decauvilleet qui fut pompeusement baptisée « stéatite ». En 1950 la carrière fut fermée et elle fut rapatriée aux établissements de Chefdebien à Perpignan puis vendue à la ville de Perpignan en 1954.

Le talc était transporté à Prades par la route sur les chariots tirés par des boeufs. Lebaron de Chefdebien a expérimenté plusieurs autres moyens de transport, sans succès, par plan incliné au-dessus de Campôme, puis par câble entre Cobazet et la Forge haute jusqu'en 1950 environ.
Etienne Margaill, ancien mineur, mémoire vivante de ce qui fut la grande aventure de la carrière de talc, a les yeux qui brillent lorsqu'il évoque la descente vers l'Estardé, juché sur la cargaison de ces wagonnets tirés par un mulet et dont on pensait qu'ils allaient verser d'un moment à l'autre dans le ravin, car les déraillements étaient monnaie courante, ainsique le relate un rapport de la gendarmerie de Prades lorsqu'un ouvrier fut blessé après une chute alors que le préposé au serre-frein n'était pas intervenu assez tôt !!!
………….
Sources :
Par Julien PUJOL
Si Cobazet m'était conté....... - Mes belles randonnées expliquées
http://gilbertjullien.kazeo.com/si-cobazet-m-etait-conte-a120392978
Les nombreux automobilistes qui passent le long de la RN116 connaissent bien, pour la plupart, la grosse cheminée d'usine.
C'est un vestige d'un sitecréé en 1874 par le maître de forge Remy Jacomy (1818-1889) qui en fitune usine métallurgique.
En 1884 elle est reprit par le baron Chefdebien (1838-1914) qui la transforma en usine chimique produisant la fameuse poudre "Chefdebien"
reconnue pour ses vertus contre la maladie de la vigne.
Sources :
Prades
http://pyreneescatalanes.free.fr/Villages/Histoire/Prades.php

Portrait du baron Fernand de Chefdebien (1836-1914).
Institut du Grenat » noblesse roussillonnaise
http://roussillonnaise2.rssing.com/browser.php?indx=22976062&item=8

ENTRE AUTRES :
Fernand de CHEFDEBIEN-ZAGARRIGA - Noblequest - Geneanet
http://gw.geneanet.org/omalley1?n=de+chefdebien+zagarriga&oc=&p=fernand

Fernand CHEFDEBIEN ZAGARRIGA (DE) - Arbre généalogique DOMINIQUE BARBIER - Geneanet
http://gw.geneanet.org/barbierd?n=chefdebien+zagarriga+de&oc=&p=fernand

Fernand de Chefdebien-Zagarriga - Arbre généalogique Marc BUFFENOIR -Geneanet
http://gw.geneanet.org/buffenoir?n=de+chefdebien+zagarriga&oc=&p=fernand
Fernand de CHEFDEBIEN-ZAGARRIGA - Arbre généalogique Michel LESTRADE - Geneanet
http://gw.geneanet.org/exlibris31?n=de+chefdebien+zagarriga&oc=&p=fernand

Fernand DE CHEFDEBIEN ZAGARRIGA - Essaide Généalogie, par Alain GARRIC - Geneanet
http://gw.geneanet.org/garric?n=de+chefdebien+zagarriga&oc=&p=fernand
Médias :
P1330706a-baron-fernand-de-Chefdebien.jpg (611×783)
http://www.institutdugrenat.com/wp-content/uploads/2013/05/P1330706a-baron-fernand-de-Chefdebien.jpg

Les carrières du Conflent
http://www.jeantosti.com/carrieres.html

Médias
06.jpg (591×371)
http://www.jeantosti.com/carrieres/06.jpg

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

                                                                             _____|16_Jean-François DE CHEFDEBIEN, DE CHEFDEBIEN d'ARMISSAN
                                                   _____|8_François-Anne DE CHEFDEBIEN, DE CHEFDEBIEN d'ARMISSAN Franc Maçon Rite primitif de Narbonne
                                                  /                         ¯¯¯¯¯|17_Marie-Marguerite DE CHAMBERT
                         _____|4_François Marie DE CHEFDEBIEN, Franc Maçon Rite primitif de Narbonne ("Eques a Capite Galeato") 1753-
                        /                        \
                       /                          ¯¯¯¯¯|9_Gabrielle DE SOLAS
                      /
|2_Paul DE CHEFDEBIEN, DE CHEFDEBIEN - ZAGARRIGA 1802-1886
|                    \                                                     _____|20_Anton DE ÇAGARRIGA, DE ÇAGARRIGA Y de VILANOVA
|                     \                           _____|10_Antoine DE ÇAGARRIGA ca 1718-
|                      \                         /                         ¯¯¯¯¯|21_Francisca D'ESPRER Y JAUBERT
|                       ¯¯¯¯¯|5_Eulalie DE ÇAGARRIGA 1767-
|                                                \                          _____|22_Xavier Clement DUBOIS de BOISEMBER CARAMANY
|                                                 ¯¯¯¯¯|11_Magdelaine DE BOISAMBERT ca 1731-
|                                                                           ¯¯¯¯¯|23_Theresa DE ÇAGARRIGA, DE ÇAGARRIGA Y de RENT
|--1_Fernand Marie DE CHEFDEBIEN, Baron DE CHEFDEBIEN - ZAGARRIGA 1836-1914
|3_Marie Antoinette Henriette DE RICHARD


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content