Message d'information du propriétaire de l'arbre

close
Bienvenue sur ces pages, merci aux nombreux cousins qui ont aidé à compléter cet arbre. N'hésitez pas à signaler vos cousinages ou toute erreur à thivi@free.fr !

  • Né le 14 octobre 1876 - Pont de Roide, 25, France
  • Décédé le 28 avril 1912 - Paris, 75, France , à l’âge de 35 ans

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

(afficher)

 Chronologie


 Notes

Notes individuelles

Il est cousin du 5e au 2nd degré avec Marie Françoise RICHARD, 2e épouse de Pierre Claude CHENIER, fils de Jean Claude CHENIER [622] et Jeanne Marie POUPENEY [623], mes ancêtres à la 8e génération.

Jules Joseph Bonnot (1876 - 1912) est un anarchiste français. Il fut le meneur de la « bande à Bonnot », un groupe illégaliste ayant multiplié les braquages et les meurtres en 1911 et 1912.

Jules Joseph Bonnot est né à Pont-de-Roide (Doubs) le 14 octobre 1876. Sa mère décède le 23 janvier 1887 à Besançon alors qu'il n'a que dix ans. Le père de Jules, ouvrier fondeur, analphabète, doit alors assumer seul l'éducation du garçon. Les études de ce dernier se passant mal, il abandonne vite l'école.
À quatorze ans il entre en apprentissage. Il n'est pas très motivé par ce travail pénible et se dispute souvent avec ses patrons successifs. En 1891, à quinze ans, Bonnot est condamné pour la première fois pour pêche avec engin prohibé, puis en 1895 suite à une bagarre dans un bal. Il se marie après son service militaire en 1901 avec une jeune couturière avec laquelle il part pour Genève. Son frère aîné se suicide par pendaison en 1903 suite à un amour déçu.

C'est à cette époque que Bonnot commence à militer pour l'anarchisme. Il se fait renvoyer des chemins de fer de Bellegarde suite à son engagement politique et plus personne n'accepte de l'engager. Il décide alors de partir pour la Suisse. Il trouve un poste de mécanicien à Genève et sa femme tombe enceinte. Mais l'enfant, Émilie, meurt quelques jours après l'accouchement. Bonnot milite toujours pour l'anarchisme et acquiert une réputation d'agitateur. Il est alors expulsé de Suisse.
Ses dons en mécanique lui permettent cependant de retrouver rapidement un emploi chez un grand constructeur automobile de Lyon. En février 1904 sa femme accouche d'un second enfant. Les convictions politiques de Bonnot restent vivaces : dénonçant les injustices et menant des grèves, il s'attire les foudres des patrons. Il décide alors de quitter Lyon pour Saint-Étienne.
À Saint-Étienne il est mécanicien dans une firme reconnue. Il loge avec sa famille chez le secrétaire de son syndicat, Besson, qui devient l'amant de sa femme. Pour échapper à la colère de Bonnot, Besson part en Suisse avec Sophie et son enfant. Son engagement est toujours plus fort. Sa fuite lui a fait perdre son emploi et il devient, comme bien d'autres à cette époque, un chômeur miséreux. De 1906 à 1907 il ouvre deux ateliers de mécanique à Lyon, tout en commettant quelques casses avec Platano, son bras droit. En 1910 il se rend à Londres et devient chauffeur de Sir Arthur Conan Doyle, père de Sherlock Holmes, grâce à ses talents de chauffeur qui lui seront plus qu'utiles dans son aventure illégaliste.

Fin 1910, Bonnot est de retour à Lyon et utilise l'automobile comme une technique criminelle, une innovation. La police le recherche et il quitte précipitemment Lyon avec Platano. En cours de route, il tue Platano dans des circonstances qui restent peu claires : selon la version qu'il donnera à ses futurs complices, Platano se serait grièvement blessé avec son revolver par accident, et il l'aurait achevé pour lui éviter de souffrir. Comme le note Alphonse Boudard, Bonnot ne pouvait donner d'autre version, d'autant plus que Platano était sa caution auprès des anarchistes parisiens. Bonnot ayant récupéré une forte somme d'argent que Platano portait sur lui, l'hypothèse d'un meurtre prémédité ne peut être écartée.
Fin novembre 1911, Bonnot rencontre au siège du journal l'Anarchie, dirigé par Victor Serge, plusieurs sympathisants anarchistes qui vont devenir ses complices, dont les deux principaux, Octave Garnier et Raymond Callemin dit « Raymond-la-science », d'autres qui joueront un rôle moindre dans l'affaire, Élie Monnier dit « Simentoff » (ou Symentoff), Édouard Carouy, André Soudy, ainsi qu'Eugène Dieudonné, dont le rôle exact n'a jamais réellement été établi. Adeptes de la reprise individuelle, tous ont déjà commis de menus larcins, et brûlent de passer à l'étape supérieure. L'arrivée de Bonnot joue un rôle de déclencheur. Bien que l'idée de chef répugne aux anarchistes, Bonnot, plus âgé, plus expérimenté dans le crime, va virtuellement jouer ce rôle.

Le 14 décembre 1911, Bonnot, Garnier et Callemin volent une automobile qu'ils comptent utiliser pour leurs projets. Utilisant ses connaissances des différents modèles, Bonnot a choisi une Delaunay-Belleville verte et noire de 12 CV, modèle 1910, marque de luxe qu'il sait fiable et rapide.
Le 21 décembre 1911, à 9h, rue Ordener à Paris, Bonnot, Garnier, Callemin et peut-être un quatrième homme se présentent à la rencontre d'Ernest Caby, garçon de recette de la Société générale, et de son garde du corps, Alfred Peemans. Lorsqu'ils les aperçoivent, Garnier et Callemin se précipitent hors de la voiture, Bonnot restant au volant. Garnier fait feu à deux reprises sur l'encaisseur qui s'effondre, grièvement blessé. Callemin ramasse sa sacoche, et tous deux s'enfuient en direction de la voiture, malgré l'intervention de passants que Bonnot tente de disperser en tirant en l'air. Une fois Callemin et Garnier montés à l'intérieur, Bonnot démarre, mais Callemin fait tomber la sacoche dans le caniveau. Il descend pour la récupérer, aperçoit quelqu'un qui court dans sa direction, sur lequel il tire sans le toucher, puis récupère son larcin et remonte dans la voiture. Selon plusieurs témoins, un quatrième homme serait intervenu à ce moment. Enfin, Bonnot démarre, et la bande prend la fuite.
C'est la première fois qu'une voiture est utilisée pour commettre un braquage, et l'événement a un retentissement considérable, accru par la blessure grave de l'encaisseur. Le lendemain l'événement fait la une des journaux. La bande déchante pourtant en découvrant le butin qui n'est que de quelques titres et de 5000 francs. Ils abandonnent leur voiture à Dieppe puis reviennent à Paris. Callemin, parti en Belgique tenter en vain de négocier les titres, les rejoint bientôt. Pendant ce temps la police découvre que le braquage est lié au milieu anarchiste, nouvelle qui lorsqu'elle transpire dans la presse augmente encore le retentissement de l'affaire.
Une semaine environ après le braquage de la Société générale, Garnier et Callemin trouvent refuge quelques jours chez Victor Serge et sa maitresse Rirette Maitrejean. Bien que n'approuvant pas les méthodes de la bande, ils les hébergent par solidarité. Peu après le départ de Garnier et Callemin, la police, enquêtant toujours parmi les anarchistes connus, perquisitionne le domicile de Victor Serge. Le couple est arrêté, officiellement pour détention d'armes trouvées dans un paquet laissé par un ami anarchiste. La presse présente Victor Serge comme le « cerveau » de la bande, estimant que sans lui la capture des autres est imminente. L'événement a en fait plutôt l'effet inverse : de jeunes anarchistes comme René Valet et André Soudy, révoltés par cette arrestation, vont par la suite se joindre au groupe illégaliste.

La Bande continue son périple ; le 31 décembre à Gand, Bonnot, Garnier et Carouy tentent de voler une voiture. Ils sont surpris par le chauffeur mais Garnier assomme celui-ci, puis tue au revolver un veilleur de nuit alerté par le bruit. Le 3 janvier 1912, à Thiais, Carouy, en compagnie de Marius Metge, assassine un rentier et sa femme de chambre au cours d'un cambriolage. Rien n'indique que ce double meurtre ait été concerté avec Bonnot et ses autres complices, mais du fait de la participation de Carouy au coup de Gand, la justice va le confondre avec les autres crimes de la bande. Le 27 février, Bonnot, Callemin et Garnier volent une nouvelle Delaunay-Belleville. Un agent de police qui tente de les interpeller en raison de la conduite dangereuse de Bonnot dans Paris est abattu par Garnier (par coïncidence l'agent s'appellait également Garnier[2]). Ce meurtre d'un agent de la force publique augmente encore la fureur de la presse et de l'opinion, qui exigent la capture de la bande. Le lendemain à Pontoise, le trio tente de dévaliser le coffre-fort d'un notaire. Surpris par celui-ci, ils sont contraints de s'enfuir en abandonnant le butin.
Pendant ce temps, Eugène Dieudonné est arrêté. Dieudonné nie toute participation aux activités criminelles de la bande, bien qu'il admette connaître Bonnot et les autres et reconnaisse ses sympathies anarchistes. Il est accusé de participation au braquage de la rue Ordener par le garçon de recettes de la Société générale, qui avait dans un premier temps reconnu Carouy puis Garnier sur les photos qui lui avaient été présentées.
Le 19 mars, une lettre publiée dans Le Matin fait sensation. Dans celle-ci, Garnier provoque les forces de police qu'il met au défi de l'arrêter. Il ne se fait pourtant pas d'illusion sur son sort : je sais que je serai vaincu que je serai le plus faible, écrit-il, mais je compte bien faire payé (sic) cher votre victoire. Il innocente Dieudonné, affirmant être l'auteur des crimes dont celui-ci est accusé. La lettre est signée par une empreinte digitale que la police reconnait comme authentique.
Le 25 mars, le trio habituel Bonnot, Garnier, Callemin, accompagnés de Monnier, Callemin et Soudy, se prépare à voler une limousine De Dion-Bouton dont ils ont appris qu'elle devait être livrée sur la côte d'azur. L'attaque se passe à Montgeron. Bonnot placé au milieu de la route agite un mouchoir. Lorsque la voiture s'arrête, le reste de la bande surgit. Croyant que le chauffeur allait sortir une arme, Garnier et Callemin l'abattent, ainsi que le propriétaire de la voiture. Selon celui-ci, qui survit à ses blessures, Bonnot aurait crié au milieu de la fusillade « Arrêtez ! Vous êtes fous ! Arrêtez ! ». Dans la foulée, la bande décide de se rendre à la succursale de la Société générale à Chantilly pour un braquage improvisé. Surgissant dans la banque, Garnier, Callemin, Valet et Monnier abattent trois employés, entassent des rouleaux d'or et billets de banque dans un sac, puis regagnent la voiture que Bonnot fait promptement démarrer. Les gendarmes sont alertés, mais ne disposant que de vélos et de chevaux, ils doivent laisser la bande s'enfuir.

Après ce dernier braquage, la police va progressivement mettre fin aux activités de la bande. Le 30 mars, Soudy est arrêté. Le 4 avril, c'est le tour de Carouy. Le 7 avril, les policiers capturent Callemin, résultat important celui-ci étant l'un des protagonistes les plus importants avec Garnier et Bonnot. Le 24 avril, Monnier est également arrêté.
Le 24 avril, Louis Jouin, numéro 2 de la sûreté nationale qui est chargé de l'affaire, perquisitionne à Ivry-sur-Seine au domicile d'un sympathisant anarchiste. Dans une chambre, il a la surprise de reconnaître Bonnot, qui le tue à coup de revolver puis parvient à s'enfuir. Blessé au cours de la fusillade, Bonnot se rend chez un pharmacien pour se faire soigner. Il explique au pharmacien qu'il est tombé d'une échelle, mais celui-ci fait le rapprochement avec l'affaire d'Ivry et prévient les autorités. La police peut ainsi avoir une idée approximative de l'endroit où se trouve Bonnot et passe la région au peigne fin. Le 27 avril, elle le surprend dans sa cachette de Choisy-le-Roi. Bonnot a le temps de se retrancher dans sa maison, et le chef de la Sûreté préfère faire cerner les alentours et attendre les renforts plutôt que de donner l'assaut. Un long siège commence, mené en personne par le préfet de police, Louis Lépine. De plus en plus de troupes diverses arrivent (jusqu'à un régiment de Zouaves avec sa mitrailleuse Hotchkiss dernier cri), ainsi que de nombreux badauds venus assister au « spectacle ». Bonnot sort de temps en temps sur le perron pour tirer sur ses ennemis ; il est évidemment accueilli par des salves de tir mais parvient à chaque fois à s'en sortir indemne. Tandis que le temps passe et que la police tergiverse sur la façon de mettre fin au siège, il se désintéresse peu à peu de ses assaillants pour se mettre à écrire son testament. Finalement, Lépine décide de faire sauter la maison à la dynamite. Grièvement blessé dans l'explosion, Bonnot prend encore le temps de terminer son testament en affirmant l'innocence de plusieurs personnes dont Dieudonné. Lorsque les policiers emmenés par Guichard donnent l'assaut, il parvient encore à les accueillir à coup de revolver avant d'être blessé. Il décède peu après en arrivant à l'Hôtel-Dieu de Paris.
Après Bonnot, les deux derniers membres de la bande en liberté sont Valet et surtout Garnier, auteur de la plupart des meurtres. Le 14 mai, ils sont localisés dans un pavillon de Nogent-sur-Marne. Les policiers espèrent réaliser une arrestation « en douceur », mais manquant de discrétion, ils sont repérés par Valet et Garnier qui se retranchent dans la maison. Un nouveau siège commence, pratiquement identique à celui de Choisy, avec un très grand nombre de policiers et militaires et une foule de badauds venue suivre les opérations. Pendant plus de 9 heures, Valet et Garnier tiennent en respect une petite armée de forces de l'ordre. Finalement, un régiment de dragons parvient à faire sauter la villa. La police donne l'assaut et achève les deux hommes. Les policiers doivent ensuite se battre pour récupérer les corps avec la foule qui veut les réduire en bouillie.
Source: Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Bonnot

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Pierre Constant BONNOT 1789-1864   Marie Thérèse BONNOT 1788-1838            
|
8
  |
9
     



     
|      
Victor Auguste BONNOT 1817-1868   Marie Françoise BERNARD 1817-ca 1875    
|
4
  |
5
 



 
|  
Jules Joseph BONNOT 1848-ca 1903   Marie Hermance MOUTTOT 1852-1887
|
2
  |
3



|
Jules Joseph BONNOT 1876-1912


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content