Message to visitors

close

- Nous sommes tous des Africains -

 

Fraternelle, tolérante, bienveillante, mais rigoureuse ! / wiki@fraternelle.org /
Après la disparition des dinosaures, voici l'encyclopédie biographique, contemporaine et filiative de l'Homo erectus.

~

Listes alphabétiques des personnalités présentes sur Wikifrat 

Les six pouvoirs :

1/ Le Monde de l’Economie, 2/ Le Monde de la Politique, 3/ Le Monde de la Justice, 4/ Le Monde de la Presse et des Médias, 5/ Le Monde des Armes : Militaires, Résistants, Révolutionnaires et Contre-Révolutionnaires, 6/ Le Monde des Scientifiques, des Saltimbanques et de tous les Inclassables. 


 Le Crésus de la Provence


  • Born 2 October 1601 - Aix-en-Provence (Saint-Sauveur), 13100, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
  • Deceased 17 August 1672 - Cours Mirabeau, n°38 (Hôtel Maurel de Pontevès), - Aix-en-Provence, 13100, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France , age at death: 70 years old
  • Marchand dans le commerce des draps, Maître des courriers en la généralité de Provence, Sieur de Pontevès et de Volone,

 Parents

 Spouses and children

 Siblings

 Notes

Individual Note


testament: [29 octobre 1671] Aix-en-Provence (13100),Fr-130001,Bouches-du-Rhône,Provence-Alpes-Côte d'Azur,FRANCE
deces: 28 août 1677 à Saint-Pierre ??
Pierre Maurel, qui avait acquis une fortune considérable dans le commerce des draps et qui, par son mariage, s'était allié à une famille de riches teinturiers, fit construire en 1647, au 38 cours Mirabeau, le plus fastueux des hôtels particuliers d'Aix-en-Provence. Il acheta, le 29 mars 1650, a son neveu par alliance Francois de Ponteves la terre et la seigneurie de Ponteves, dans la viguerie de Barjols. Des lors il se fait appeler Maurel de Ponteves. Le 12 juin 1656, il acheta a Charles de Tabaret la seigneurie de Volonne et de Chateauneuf.
Chronologie des officiers des Cours souveraines de Provence, par Balthasar de Clapiers-Collongues (Edition de la Société d'Etudes Provençales, Aix-en-Provence 1909) (P.292) / Évocation du vieil Aix-en-Provence, par André Bouyla d'Arnaud (Les Éditions de Minuit, Paris 1964) (P.190) / Courriel : Jacques Delafosse (16 novembre 2009 15:24)
_______________________________________________________________________
Ce Pierre Maurel gravit rapidement les echelons de la vie sociale. En 1630 il avait ete pourvu, avec son frere, de la charge de maitre des courriers en la generalite de Provence. Ayant le monopole des services postaux de la generalite d'Aix, les deux freres purent ainsi etendre leurs relations commerciales et faire fructifier leur commerce de draps. Ils sont appeles á les Cresus de la Provence â. Mais cela ne suffisant point a l'ambition de Pierre Maurel, il lui fallut une robe de magistrat. En 1639, il etait nomme auditeur a la Cour des Comptes, ce qui lui conferait la noblesse a titre personnel. Veuf de sa premiere femme, qu'il avait epousee dans la teinturerie, il se remarie en 1640. Sa deuxieme femme fut Suzanne du Laurens, dont la mere etait nee d'Albertas. Le voila donc apparente a la meilleure noblesse de Provence. Suzanne du Laurens meurt peu apres. Il continue son ascension en epousant, en troisieme mariage, en 1645, Diane de Ponteves, fille d'une Castellane, qui lui donna douze enfants. Bien pose dans ses fonctions et ses alliances, il lui fallait une residence digne de sa nouvelle fortune. En 1647 il acquiert un terrain dans les anciens pres de l'archeveche, en bordure desquels devait etre trace le Cours. Ces terrains correspondaient a l'ile du Cours situee entre la rue du Quatre-Septembre et la rue Frederic-Mistral. Il en vend le lot central a Esprit d'Arnaud, qui y batira l'hotel de Suffren. Sur le lot oriental il construit un hotel pour un de ses fils, l'hotel Saint-Ferreol. Et, sur le lot occidental, il avait charge Jacques Fosse d'edifier pour lui une demeure princiere. La construction couta 45 000 livres, sans tenir compte de la decoration interieure, a laquelle participa Daret, qui etait devenu un familier de la maison. Mais la course a la fortune de Pierre Maurel ne se termina pas dans l'edification de cet hotel, pourtant somptueux. Il lui fallut un chateau. En 1650, il acheta a son neveu par alliance Francois de Ponteves la terre et la seigneurie de Ponteves, dans la viguerie de Barjols, pour 159 000 livres. Des lors il se fait appeler Maurel de Ponteves et il signe á Ponteves â, oubliant Maurel. En 1653 il est nomme a la charge importante de tresorier des Etats de Provence. Il rend, du reste, de grands services a la province par des avances de sommes importantes. Il meurt en 1672, apres avoir obtenu la noblesse hereditaire et acquis deux autres seigneuries : celle de Volonne et celle de Chateauneuf. Il aurait laisse en mourant une fortune considerable pour cette epoque : 2 039 345 livres. Sa succession fut laborieuse, car, de ses trois mariages, il laissait dix-huit enfants !
L'hotel du Cours echut a son petit-fils Pierre de Maurel, conseiller au Parlement. Celui-ci le laissa a son fils, mort en 1770, sans heritier male et l'hotel passa a sa petite-fille, mariee a un de ses cousins, Maurel de Villeneuve de Mons. Ce dernier ayant emigre, ses biens furent vendus. L'hotel fut le siege du tribunal criminel des Bouches-du-Rhone, puis le logement de la senatorerie d'Aix. Restitue a ses proprietaires apres la Revolution, il a ete apporte par les femmes aux d'Espagnet et il est maintenant connu sous ce nom. Il abrite aujourd'hui les bureaux du rectorat de l'universite Aix-Marseille, apres avoir ete le siege du parti communiste a la suite de la guerre 1939-1945. Pendant de nombreuses annees son rez-de-chaussee fut occupe par le cercle Sextius, devenu cercle imperial sous le Second Empire et transfere ensuite a l'hotel de Forbin.
Andre Bouyla d'Arnaud, Evocation du vieil Aix-en-Provence (Les Editions de Minuit, Paris 1964) (P.190)
_______________________________________________________________________
Pierre MAUREL, deuxième fils de François et de Sibylle TROUILLAS, seigneur de Pontevès, Volone. etc., né à Aix, le 2 octobre 1601 (1), maître des courriers et contrôleur provincial des postes en Provence, avec son frère Antoine, le 12 avril 1633 ; trésorier particulier du taillon, par lettres du 22 août 1637 (2), ensuite de la résignation d'Honoré GIRAUD, trésorier général du taillon, par lettres d'avril 1638 (3), en suite de la résignation de Pierre MARIOTY, trésorier général héréditaire du taillon, par lettres de février 1639 (4), en suite de la résignation de Claude ARTAUD; pourvu d'un office d'auditeur et archivaire en la Cour des comptes, aydes et finances de Provence, le 19 septembre 1639, de la crue de 1637 (5), reçu le 1er juin 1640 ; acheta en 1647, une île à bâtir aux prés de l'archevêché d'Aix, en façade sur le cours ; en revendit la portion intermédiaire à Esprit ARNAUD, conseiller à la Cour des comptes (6) et bâtit sur le reste aux deux extrémités de cette île deux maisons, dont l'une est encore l'habitation de ses descendants (1) et l'autre fut vendue à Marc-Antoine GASSENDI, seigneur de Tartone, le 25 juin 1665 (2). Il acquit
le 29 mars 1650 (3), au prix de 159,000 livres, de François de PONTEVÈS, seigneur de Montfroc (4), les terres de Pontevès (5) et de Sainte-Catherine, dont il prêta hommage le 15 décembre suivant ; trésorier général des Etats de Provence, le 25 janvier 1653 (6), pour cinq ans, à 5,500 livres de gages, en remplacement du sieur de GAILLARD ; acquit, le 4 mars 1654, et pour le prix de 750 livres, de la communauté des Frères Prêcheurs, à Aix, l'eau des versures des fontaines de leur jardin, avec permission de les conduire où bon lui semblerait ; correcteur en la susdite Cour des comptes, par lettres du 10 décembre 1655 (7), en l'office de Pierre d'ORCIN (8), qu'il paya 23,000 livres ; le 12 juin 1656 (6), il acheta encore de Charles de TABARET, président au Parlement, la seigneurie de Volone et de Châteauneuf pour le prix de 118,500 livres (1), et en prêta hommage le 12 juin 1657 ; il fut confirmé par lettres de la veille en la charge de trésorier des trois Etats de Provence, pour six ans, aux gages de 14,000 livres, et encore le 25 septembre 1662 pour sept ans ; trésorier général de France, par provisions du 12 avril 1665, reçu le 5 mai de la même année, fonction qu'il exerça jusqu'à sa mort et qu'il avait payée 33,840 livres à Jean de GABET ; le 16 avril 1668, il prit encore pour sept ans la trésorerie des
trois Etats de Provence, aux gages de 10,000 livres.
Le dernier décembre 1670, il fit l'inventaire de ses biens, qui se trouva monter à 2,039,345 livres 18 sols 1 denier. Il obtint, d'accord avec les fils de son frère Antoine, des lettres de réhabilitation de noblesse, le 10 février 1672 (2), dans lesquelles il est fait mention que Pierre et Antoine avaient exercé le commerce à Aix, en qualité de marchands pendant l'espace de vingt ans. Il avait fait son testament le 29 octobre 1671 (3), par lequel il laisse 52,000 livres de legs pieux, lègue à Diane de PONTEVÈS, sa troisième femme, 50,000 livres, y compris ses droits, plus 6,000 à distribuer suivant son intention, fait divers legs à ses enfants, laisse l'usufruit de ses biens et la tutelle de ses enfants, ainsi que le choix de son héritier parmi ses petits enfants du troisième lit, à la dite Diane de PONTEVÈS, sa femme, à laquelle il laisse, en outre, un appartement dans sa maison, à Aix, et dans le château de PONTEVÈS, voulant qu'on fasse inventaire de ses biens de suite après son décès (4), défendant d'accepter sa succession sous bénéfice d'inventaire et ordonnant que l'inventaire serait fait par le notaire désigné par lui en présence de François BOYER de Bandol, son gendre, et autres personnes désignées par lui, défendant qu'on vende ses meubles, estimés par lui 45,000 livres, ni sa vaisselle d'argent sur laquelle il veut que 100 marcs soient réservés à son héritier, mourut le 17 août 1672 (1) et fut enseveli à Saint-Pierre, dans la chapelle de sa famille. Il avait épousé en premières noces, vers 1630, Claudette SAURAT, fille de Claude et de Sibylle Brignol ; en deuxièmes noces à Aix (2), le 18 juin 1640, Suzanne LAURENS (3), des marquis de Saint-Martin de Pallières, fille de feu Pierre et de Madeleine ALBERTAS de Villecrose : et en troisièmes noces, suivant contrat du 3 septembre 1645 (4), Diane de PONTEVÈS (5), fille de Claude, seigneur d'Amiral et de Honorade de CASTELLANE-Esparron :
M. de Boisgelin, in Annales des Basses-Alpes. Bulletin de la Société scientifique et littéraire des Basses-Alpes (1903, tome XI, P.155-173 et 221-235)
_______________________________________________________________________

Family Note

Marriage with Claudette SAURAT:

mariage: 11 décembre 1630 ?

Marriage with Diane de PONTEVÈS d'AMIRAT:

mariage: Balthasar Sermet, notaire au Val et Antoine Guyon, notaire à Tourves.

 Sources

  • Individual: Chronologie des officiers des Cours souveraines de Provence, par Balthasar de Clapiers-Collongues (Edition de la Société d'Etudes Provençales, Aix-en-Provence 1909) (P.292) / Évocation du vieil Aix-en-Provence, par André Bouyla d'Arnaud (Les Édi

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

Antoine (Anthoine) MAUREL ca 1530-   Catherine ARNAUD ca 1540-   Blaise TROUILLAS ca 1530-/1610   Bernardine LOUIS ca 1540-
| | | |






| |
François MAUREL ca 1560-1602/   Sibille TROUILLAS ca 1566-
| |



|
Pierre MAUREL de PONTEVÈS 1601-1672



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content