Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

-Nous sommes tous des Africains -

 

Fraternelle,tolérante, bienveillante, mais rigoureuse! /wiki@fraternelle.org/
Après la disparitiondes dinosaures, voici l'encyclopédie biographique,contemporaine et filiative de l'Homoerectus.

~

Listes alphabétiques despersonnalités présentes surWikifrat 

Les sixpouvoirs :

1/Le Monde del’Economie, 2/ Le Monde de laPolitique, 3/Le Monde de laJustice, 4/ Le Monde de laPresse et des Médias,5/Le Monde des Armes : Militaires,Résistants, Révolutionnaires etContre-Révolutionnaires,6/ Le Monde des Scientifiques, des Saltimbanques et de tous lesInclassables. 


Carlo d'ASARO BIONDO
Carlo d'ASARO BIONDO
  • Né le 14 avril 1965 - Rome, Latium, Italie
  • Âge : 57 ans
  • Università la Sapienza- Rome (1984-1988), Economiste,
    Président Europe-Moyen-Orient-Afrique en charge des partenariats de Google,
    EVP Telecom italia partnership and CEO Noovle (2021)
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

 1 - Biographie

Depuis septembre 2009, Carlo d’Asaro Biondo dirige les activités de Google en Europe du Sud et de l’Est, au Moyen-Orient et en Afrique.

Sommaire


16 juillet 2004

C'est un Italien à Paris. Mais un Français à Rome. A trente-neuf ans, Carlo D'Asaro Biondo, le nouveau PDG du fournisseur d'accès à Internet AOL France, ne sait plus vraiment quelle est sa nationalité. « Peut-être devrais-je m'installer à Londres pour que ce soit plus simple ? », plaisante-t-il.

Né d'un père sicilien et d'une mère française, il a, de fait, toujours navigué entre les deux cultures. Après des études au lycée français Chateaubriand de Rome, il entre à l'université La Sapienza, où il décrochera son doctorat en économie. Il est alors recruté par un petit cabinet d'audit, Macfin, avant de partir rapidement pour KPMG Peat Marwick, le pôle de conseil du réseau mondial d'audit. Sa principale mission ? Etudier la convergence entre téléphonie et télévision pour le compte de la RAI, la chaîne publique italienne. « A l'époque, la question était de savoir si, dans le cadre de la convergence, c'était le contenu ou le réseau qui était le plus important ", se souvient-il. Sincère, il reconnaît qu'il ne sait pas, mais estime que « le plus important n'est pas de savoir qui va gagner, c'est de savoir comment ".

Porté par la bulle du secteur des télécommunications à la fin des années 1990, le jeune consultant monte vite en puissance. Après la sécession qui a vu les 400 consultants français de KPMG Peat Marwick rejoindre le groupe de services informatiques américain Computer Sciences Corporation, en 1998, il reconstitue le pôle conseil de KPMG en France et en devient le PDG. Son objectif est alors de faire croître cette structure et de l'intégrer au réseau international. « Malheureusement, ce réseau a explosé partout en Europe », rappelle-t-il. Un imprévu qui le conduit à quitter KPMG en 2001 pour rejoindre la société d'informatique Unisys en tant que vice-président et directeur général communications et médias.

Il doit alors réorganiser l'entreprise, qui souhaitait acquérir certaines entités du groupe KPMG, en Belgique et en Suisse notamment. Mais la greffe ne prend pas. « Je ne me suis pas intégré à la culture d'entreprise d'Unisys. J'étais malheureux, car les décisions étaient extrêmement centralisées aux Etats-Unis », souligne-t-il. Après un an et demi dans la société, il est approché en octobre 2003 par un chasseur de têtes afin de rejoindre les équipes du fournisseur d'accès à Internet AOL Europe, pour s'occuper du développement des activités télécommunications. Une fonction qu'il exercera peu de temps avant d'être nommé, le mois dernier, à la tête d'AOL France en lieu et place de Stéphane Treppoz, resté six ans PDG de cette filiale toujours déficitaire.

 1.1 - Des rumeurs circulent

« Nous travaillons désormais sur des offres de téléphonie couplées à l'accès à Internet ", explique-t-il. Pourtant les rumeurs vont bon train sur le retrait d'AOL d'Europe. Une situation qui, si elle se produisait, rappellerait étrangement l'éclatement de KPMG, vécu il y a quelques années par le nouveau PDG. « Je pense que c'est impossible. AOL est en France pour y rester. " En tout état de cause, Carlo D'Asaro Biondo devra rapidement faire en sorte que la société atteigne un excédent brut d'exploitation positif, même si aucune date butoir ne lui a été fixée.

Septembre 2009

 1.2 - Président des Opérations, Europe du Sud et de l’Est, Moyen-Orient et Afrique, Google

Depuis septembre 2009, Carlo d’Asaro Biondo dirige les activités de Google en Europe du Sud et de l’Est, au Moyen-Orient et en Afrique. Il a débuté sa carrière comme consultant chez KPMG et, 12 ans plus tard, est devenu Directeur Général pour la France de ce groupe de conseil. Fin 2001, il a rejoint Unisys comme Vice-président et Directeur Général de la communication et des activités médias.

En février 2004, il devient Senior Vice-président en charge des télécommunications chez AOL Europe. Cinq mois plus tard, il est nommé Directeur général d’AOL France, puis, au bout de trois ans, Président d’AOL Europe. Carlo devient Directeur Général des opérations internationales chez Lagardère Active Media au début de l’année 2007 avant de rejoindre Google en 2009.

Carlo est de nationalité française et italienne. Il a fait ses études en Italie et vit à Paris avec son épouse Nathalie. Né en 1965, il a trois enfants.

28 octobre 2019

 1.3 - Carlo d’Asaro Biondo annonce son départ de Google Europe

Chargé des partenariats de Google en Europe, il mène les négociations avec la presse française sur les droits voisins.

Carlo d’Asaro Biondo, le responsable Europe et Moyen-Orient des partenariats de Google, quittera le groupe américain en mars 2020. Son poste très large, couvre la gestion des relations entre le géant américain et les institutions nationales et européennes, les télécoms, les industries et bien évidemment les éditeurs de presse.

De 2009 à 2015, Carlo d’Asaro Biondo a été le patron des opérations de Google en Europe du Sud. À ce titre, il a été le personnage central des relations souvent houleuses entre le moteur de recherche et les éditeurs de presse en Europe. Cette annonce intervient alors même que le bras de fer est engagé en France à propos de la loi sur les droits voisins. C’est lui, le 23 septembre dernier, qui a prévenu les patrons de presse de la décision de Google de ne pas rémunérer les journaux au titre des droits voisins, instaurés par la loi entrée en vigueur le 24 octobre. En réponse, les éditeurs de presse français viennent de déposer une plainte contre Google auprès de l’autorité de la concurrence pour abus de position dominante. C’est un nouvel épisode des relations très difficiles que Google entretient avec la presse.

En février 2013, il a été l’artisan des accords de l’Élysée, signés entre Éric Schmidt, alors PDG de Google et le président de la République François Hollande. Cet accord mettait fin au conflit opposant le moteur de recherche et les représentants de la presse qui déjà voulaient instaurer un droit voisin pour la rémunération des articles indexés par Google. L’accord avait débouché sur la création du Fonds pour l’Innovation numérique de la presse doté de 60 millions d’euros. Dans la foulée, Carlo d’Asaro Biondo avait également noué des accords avec la fédération de la presse italienne (Fieg) et avait mené le bras de fer avec la presse espagnole qui avait conduit à la fermeture du service Google news dans ce pays. En 2015, le fonds d’innovation a été élargi à l’Europe avec la création du fonds Google News Innovation Fund doté de 300 millions d’euros.

En 2017, il avait également négocié des accords avec le CNC et l’Alpa pour lutter contre le partage de vidéos pirates sur YouTube.

A 54 ans, Carlo d’Asaro Biondo dispose encore de 6 mois pour trouver un accord avec les éditeurs de presse en Europe sur l’épineuse question de la transposition de la directive droit d’auteurs et droits voisins.

«Après 10 ans passés chez Google, Carlo D’Asaro Biondo, dirigeant très apprécié des équipes de Partenariats et Business chez Google en Europe, a décidé de quitter l’entreprise pour poursuivre une nouvelle aventure. Son équipe est en charge de la mise en place de partenariats avec des entreprises dans de nombreux secteurs d’activités, notamment avec les éditeurs de presse, les médias et le divertissement, les télécoms, l’automobile, le voyage, le retail et la finance. Ces partenariats ont pour vocation de les aider à réussir leur développement en ligne. Carlo va rester chez Google quelques mois et prendra ensuite le temps de choisir la prochaine étape dans sa carrière. Nous allons dans les mois à venir identifier la personne qui lui succédera dans ce rôle majeur», a réagi le groupe américain.

 Sources

  • Personne: CdBdM - www.linkedin.com
  • Famille 1, famille 2: CdBdM

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}