Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Commandant de la Province d'Algérie (29 octobre 1870 - 9 novembre 1870), Général de Division (31 juillet 1867), Général de Brigade (12 mai 1860), Colonel du Régiment des Lanciers de la Garde Impériale, Colonel 4e Régiment des Dragons (10 août 1853), Colonel 1er Chasseur d'Afrique, 2eme escadron, Capitaine en second 1er Régiment de Cavalerie des Chasseur d'Afrique (10 mars 1844), Sous Lieutenant 1er Chasseur d'Afrique (1837), Commandeur légion d'honneur (5 décembre 1858), EMIGRANT ALGERIE (vers 1837-après 1870), Guerre 2eme Empire, Guerre Algérie (1830-1871), Armée de Terre

  • Né le 11 février 1810 (dimanche) - DE, Rhénanie Palatinat, Prüm
  • Décédé le 9 avril 1889 (mardi) - (75), Paris, 1e , à l’âge de 79 ans
  • Inhumé - (67), Strasbourg
  • Militaire

 Parents

 
 

 Union(s)

 Fratrie

 Relations

 Grands parents paternels, oncles et tantes



 Grands parents maternels, oncles et tantes

(afficher)

 Chronologie


(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

 1 - Enfance

Voir Famille d'Empire

1810 : ADPARISn°241, né à Prum, Grand duché de Luxembourg.

 2 - Carrière

 2.1 - RESUME

  • 29/10/70 au 9/11/70 Commandeur de la Province d'Algérie
  • 21/08/70 chef de la division de cavalerie de l'armée de Châlons (09/08/70-02/09/70).
  • chef de la division de cavalerie du 12 corps d'armée de l'armée de l'Est
  • 31/07/67 Général de division (interruption 3 mois et 20 jours: 20/11/67)
  • 12/05/60 Général de brigade
  • Colonel du régiment des Lanciers de la Garde Impériale
  • Campagne d'Italie 1859, Colonel Lichtlin: Lanciers, 2e Brigade (de Camperon), division de cavalerie (Morris), de la Garde Imperiale (Regnault de St J d'Angely et Raoult) sous l'etat major du Marechal Vaillant et aide major général de Martimprey
  • 1853 commande le 4e régiment de dragons
  • 1844 Capitaine en second du 1er R de cavalerie des CA
  • 1843 Lieutenant au 1er RCA (Prise de la Smala)
  • 1837 sous-lieutenant au 1er régiment de chasseurs d'Afrique
  • 10/10/78 en retraite.
  • 1874 en réserve,
  • Président de la Commission chargée de l'examen des questions relatives à la composition des musiques et fanfares militaires.
  • Avant la guerre 1870: membre du Comité de la Cavalerie.
  • 5 décembre 1858 Commandeur de la Légion d'Honneur
  • 1855 Officier de la Légion d'Honneur
  • 3 janvier 1842 Chevalier de la Légion d'Honneur

http://www.military-photos.com/lichtlin.htm

 2.2 - Dictionnaire des Hommes célèbres

Lichtlin, Valentin-Auguste, général de division, naquit à Prum (Prusse) en 1810, de parents français et alsaciens, arriva enfant à Strasbourg où il fit ses études au Petit Séminaire. Ses humanités achevées et devant choisir une carrière, il s'engagea, le 1cr février 1831, dans un régiment de cavalerie du corps expéditionnaire d'Algérie. Soldat jusqu'au fond de l'âme, il ne pouvait manquer d'avancer rapidement. Le 24 juin 1837, il était sous-lieutenant au 1er régiment de chasseurs d'Afrique, et c'est ainsi que, dans la province conquise, il gagna tous ses grades jusqu'aux épaulettes de colonel. Lichtlin participa, le 16 mai 1843, comme lieutenant, sous le commandement du duc d'Aumale, à la prise de la smala d'Abd-el-Kader, affaire où il reçut une blessure et où il conquit la croix de la Légion d'honneur. Il figure dans le beau tableau d'Horace Vernet : La prise de la Smala, la plus belle toile de celles des galeries de Versailles et un des plus grands tableaux qui aient jamais été exécutés, se jetant dans la mêlée et sabrant les Arabes. Le 20 août 1853, il quitta l'Algérie après y avoir passé vingt-deux ans, pour organiser et commander le régiment des lanciers de la garde impériale. C'est avec cette belle troupe qu'il fit la campagne d'Italie en 1859. Nommé officier de la Légion d'honneur, il fut promu général de brigade après cette glorieuse campagne et placé à la tête de la subdivision de Strasbourg. Le 31 juillet 1867, Lichtlin fut nommé divisionnaire et membre du comité-de cavalerie. Lorsqu'éclata la guerre franco-allemande en 1870, il fut attaché au corps d'armée du maréchal de Mac-Mahon et fait prisonnier à Sedan. Après la guerre, il demanda à retourner en Algérie où les Kabyles venaient de se soulever. Placé dans le,corps de réserve le 10 octobre 1878, il prit une retraite bien méritée et mourut à Paris en 1889. Beau-frère du Dr Willemin de Strasbourg, le médecin-inspecteur des eaux de Vichy, il laissa à ce dernier la triste mission de conduire ses restes mortels à Strasbourg pour y être inhumés près des siens.

Lichtlin était commandeur de la Légion d'honneur. Le général Lichtlin n'était pas que soldat, il était encore une nature d'artiste, passionné pour la musique ; il jouait admirablement du violon, instrument dont il ne se séparait jamais, même dans ses campagnes d'Italie et d'Afrique. Son épouse, Henriette, fille du docteur strasbourgeois Joseph Willemin, née en 1822,morte en 1903, était une personne richement douée des qualités de l'esprit et du coeur, et ne l'était pas moins pour le goût des arts. Le Salon des Lichtlin à Strasbourg était Ouvert aux artistes sérieux : il s'y donnait régulièrement des concerts de chambre. Pour leurs noces d'argent les deux époux crurent ne pouvoir se faire de présents plus significatifs que des instruments de musique : la générale obtint de son mari un magnifique piano à queue d'Erard, le général reçut de son épouse un exquis violon Stainer.

- Sa biographie dans : Dictionnaire des Hommes célèbres d Alsace Edouard SITZMANN http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56969583.image.r=lichtlin.f173.langFR.hl

 2.3 - La conquête de l'Algérie, 1830-1871

L'armée du Rhin, créée le 18 juillet, est :Formée de 200 000 hommes Commandée par : l'Empereur, général en chef maréchal Leboeuf, major général * 2e corps, Frossard, à Saint-Avold, troupes du camp de Châlons( 3 Div d'infanterie (Verger, Bataille, Laveaucoupet) + 1 Div cavalerie de 4 Rgt (Lichtlin))

1843, alors lieutenant il fait parti de la conquète de l'algérie... http://books.google.com/books?id=_3whAAAAMAAJ&q=%22Lichtlin%22&dq=%22Lichtlin%22&lr=&client=internal-uds&hl=fr&pgis=1

 2.4 - Histoire des événements d’Algérie

sous le gouvernement de la défense nationale (1870-1871) Partie 4 Version 1 du 27 février 2008 117

Les « capitulés », l’exclusion des dirigeants d’Algérie, la Commune d’Alger, le mouvement communaliste algérien 1) Les capitulés Les incidents soulevés en Algérie, par le retour des officiers qui avait accepté les capitulations de Sedan et de Metz, c'est-à-dire qui avaient pris l'engagement de ne pas servir contre la Prusse pendant la guerre, et obtenu ainsi la permission de rentrer dans leurs foyers avec armes et bagages, eurent un caractère des plus dangereux pour notre sécurité en Algérie.

C'est dans ce département que les résistances à la mission des officiers capitulés se manifestèrent avec un caractère, des proportions et des conséquences véritablement graves. Des efforts furent tentés par le gouvernement et par le général Lichtlin au commencement de novembre, pour tâcher de les vaincre. Le Comité de défense de Constantine les avait repoussés avec colère. Il demandait à Gambetta de « rayer des cadres de l'armée, les officiers qui avaient apposé leurs signatures « au bas des capitulations scélérates ».

Le 23 octobre, le général Durieu rappelé en France pour y prendre un commandement, cédait le gouvernement par intérim au général Esterhazy, commandant la province Oran. Le général Lichtlin était chargé, en attendant l'arrivée de ce dernier, des affaires courantes. Le général Durieu partit pour la France le 26 octobre. Après son départ, une mesure aussi injurieuse qu’illégale fut prise contre lui.

Une convention fut établie qui disait qu'il remettrait ses pouvoirs, non au Conseil municipal, ni au Comité, mais au général Lichtlin et qu'il partirait pour la France par le courrier suivant. Le général devait, en attendant se retirer librement au Palais d'été de Mustapha. (Je ne peux garantir qu'il s'agisse de Valentin Auguste!!)

24) Général Lichtlin Il avait repris le gouvernement général par intérim après le départ de général Walsin Esterhazt. C'était un de ces officiers capitulés de Sedan, et cette circonstance ajoutait encore à la suspicion dont il était l'objet, et qui s'était manifestée depuis la première heure. Il fut lui aussi contraint de céder aux menaces de la population et du Conseil municipal. Il se retira à l'Amirauté, le 29 octobre à 4 heures, et il y resta sous de la protection de l'Amiral et des marins jusqu'au 10 novembre, exerçant nominalement les pouvoirs de Gouverneur général. Le secrétaire général du gouvernement, les généraux d'Etat Major, le commandant de place venaient y prendre leurs ordres comme à l’accoutumée. La municipalité essaya de s'opposer à ces relations. L'Amiral déclara que ses marins interviendraient dans le cas où les chefs de service se rendant à l’Amirauté seraient inquiétés. Le 9 novembre, le général Lichtlin fut relevé, avec félicitations ce qui semblait plutôt un blâme de la conduite qu'on avait tenue vis-à-vis de lui, qu'à un éloge de la sienne. Le 10 novembre, il s'éloigna pour rejoindre sa famille dans l'est de la France.

__________________________________________________________

 3 - Temoignage Artistique

évoqué dans un roman de Edmond About (http://www.royalblood.co.uk/D674/I674052.html), intitulé l'Alsace (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1022803/f189.zoom.r=lichtlin)

_____________________________________________________

présent sur la toile d'Horace Vernet prise de la smala, exposé dans la galerie des batailles du Louvre: http://books.google.fr/books?id=MToGAAAAQAAJ&pg=PA124&dq=lichtlin&lr=&client=firefox-a#v=onepage&q=lichtlin&f=false

"2027. Prise de la smahla dAbd-el-Kader à Taguin. —16 mai 1843. (Voir n°5so.)

Par M. Horace Vernet. — H. 4,89. — L. 21,19.

Au centre du tableau, le duc d'Aumale, monté sur un cheval blanc, fait un signe de commandement aux chasseurs d'Afrique. Il est accompagné du commandant Jamin, son aide de camp, de M. de Beaufort, son officier d'ordonnance, et de M. Grandvallet, capitaine au 4" chasseurs; près d'eux est le porte fanion Aboudi. La fille de Sidi-Embarak et la famille de Ben-Alal implorent la clémence du prince; M. Urbain, interprète, est à cheval près de ce groupe. Sur le devant, des Arabes aident le marabout Sid-el-Aradj à sortir d'une tente qui s'est affaissée sur lui. Derrière le groupe du prince se trouve le corps de gendarmerie d'Afrique, commandé par le capitaine Grandjean et le maréchal des logis Chamber. Plus loin un détachement du 4e chasseurs, commandé par le sous-lieutenant de Canclaux. Sur le premier plan, un groupe de chasseurs à cheval exécute une charge; on reconnaît dans ce groupe MM. Cadic, capitaine adjudant-major, de Marguenat, officier d'ordonnance, Durrieu, capitaine d'état-major, et les chasseurs Potier, Hitziiian, Kriner, Lemoinc et Dreux. En avant de ce dernier, le lieutenant-colonel Morris est tiré à bout portant par un fantassin arabe, qu'il va abattre d'un coup de pistolet; le capitaine d'état-major Dnpin ajuste le même Arabe. Plus lnin, M. Lichtlin, lieutenant au 1" chasseurs, sabre un Arabe qui se défend avec la crosse de son fusil. A l'extrême gauche, M. d'Epinay, capitaine au 4* chasseurs, charge à la tête de quelques cavaliers. Au fond, M. Beuré, chirurgien major, panse un blessé.

A droite du spectateur, et devant le groupe du prince, les chasseurs d'Afrique sont aux prises avec les Arabes; on reconnaît le maréchal des logis Laroche, le sous-lieutenant Delage; parmi les Arabes se trouve un Espagnol nommé Léra, déserteur de la légion étrangère. Au fond, au delà du ruisseau de Taguin et au pied d'un fort turc en ruine, se trouvent les tentes d'Abd-el-Kader, devant lesquelles le colonel Yusuf, accompagné de Ben-Aïssa, son porte fanion et du lieutenant aux spahis Legrand, disperse les Arabes. La mère d'Abd-el-Kader, Lilla Zahra, fuit devant eux, accompagnée de quelques serviteurs. Plus loin, SidiEmbarak, commandant la smahla en l'absence d'Abd-el-Kader, est poursuivi par les spahis, commandés par le chef d'escadron d'Allonville, le capitaine Piat, le lieutenant Fleury et le sous-lieutenant de Breteuil. A l'extrême droite, sur le premier plan, est la famille de Mohammed-bel-Karoubi, marabout et chancelier d'Abd-cl-Kader. Au fond, l'ancien fort de Taguin.

Ce tableau a été exposé aux Salons de 1845 et de 1855."

AUJOURD'HUI dans la salle de la smala du musée de l'histoire de France au chateau de Versaille : http://www.museehistoiredefrance.fr/index.php?option=com_oeuvre&Itemid=3&view=detail&cid=203#

 4 - Domiciles

_Témoin de la mariée Maria Henrietta Ludovica Lichtlin , agé de 35 ans, demeurant à Alger rue de la Révolution.

_Registre de dénombrement, 1871: 1857 Paris, 10 Avenue de Villers, Paris VIIe

_Domicilié à Paris 33 rue Cambon, lors de son décés.

 5 - Retraite et fin de vie

touche des pensions militaires diverses en 1878 (source = orange généalogie)

 5.1 - NECROLOGIE

LE GENERAL DE DIVISION LICHTLIN

Le général de division Lichtlin (Valentin-Auguste) qui vient de mourir à Paris, le 9 avril dernier, était né à Prum, ex-département de la Sarre, le 11 février 1810.

Engagé volontaire en 1831, il entra à l'Ecole de cavalerie et fut promu sous-lieutenant au 1er régiment de chasseurs d'Afrique en 1837. Il ne quitta ce corps qu'en 1853 pour aller commander le 4e régiment de dragons.

Général de brigade en 1860, il occupa différents commandements dans l'Est jusqu'en 1867, époque de sa promotion au grade de divisionnaire. Il lut successivement membre du comité de cavalerie, inspecteur des 3e et 12° arrondissements de cavalerie, commandant la division de cavalerie au 2° corps de l'armée du Rhin, et enfin commandant de la province d'Alger.

Quand, en 1878, le général Lichtlin put prendre sa retraite,il ne comptait pas moins de quarante campagnes. C'est pendant l'une d'elles qu'il fut blessé à la prise de la Smala en 1843. Le duc d'Aumale le cita dans un rapport pour sa belle conduite pendant cette action, et, plus tard, en 1852, il fut mis une seconde fois à l'ordre de l'armée pour s'être distingué dans un combat aux approches de Laghouat (Algérie). Il prit part à la campagne d'Italie en 1859 ; en 1869 il repartait pour l'Algérie, d'où il revint en 1870, pour se battre contre l'Allemagne. Fait prisonnier après Sedan,il put s'évader au mois d'octobre de la même année et retourna en Algérie.

Il était chevalier de la Légion d'honneur du 3 janvier 1842, officier de 1855, commandeur de 1858, et était en outre décoré de la médaille d'Italie.

revue du cercle militaire, 1889/05/26 (A19,N21) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57537932.r=lichtlin.f18.langFR.hl

 5.2 - Le Gaulois

"Le général de division Valentin-Auguste Lichtlin, commandeur de la Légion d'honneur, a succombé, hier matin,à Paris, aux suites d'une longue maladie. Le général Lichtlin avait commandé,sous l'Empire, comme général de brigade, la première subdivision du Bas-Rhin, à Strasbourg." Le Gaulois du 10/4/1889 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5268345.texte.f1.langFR

Notes concernant l'union

CM le 24/11/1857

 Sources

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

                                                                                    _____| 16_ Johannes Jacobus Lichtlé Lichtlin /1659-
                                                        _____| 8_ Joseph Leichtlin (ORSCHWIHR) Lichtlin ca 1690
                                                       /                            ¯¯¯¯¯| 17_ Anne Marie Oettinger
                           _____| 4_ Jean Baptiste Lichtlin, Maire Orschwihr ca 1738-1817
                          /                           \                             _____| 18_ Georges Rominger 1660-
                         /                             ¯¯¯¯¯| 9_ Marie Anne Rominger 1704-
                        /                                                           ¯¯¯¯¯| 19_ Madeleine Frick 1664
|2_ Joannis Nicolai Lichtelin (SAVERNE) Lichtlin, Inspecteur des Eaux et Forêts 1776-1829
|                       \                                                           _____| 20_ ORSCHWIHR NE(F/S)S[LER/EL] Nessel ca 1580
|                        \                              _____| 10_ Jean Nessel ca 1720
|                         \                            /                            ¯¯¯¯¯| 21_ ? ?
|                          ¯¯¯¯¯| 5_ Marie Anne Nessel ca 1740-/1805
|                                                     \
|                                                      ¯¯¯¯¯| 11_ ? ?
|--1_ Valentin Auguste Lichtlin, Général de Brigade 1810-1889
|                                                                                   _____| 24_ Joseph Castner Kastner 1694
|                                                       _____| 12_ François Joseph Kastner 1719-1779
|                                                      /                            ¯¯¯¯¯| 25_ Anne Catherine Klée 1698
|                          _____| 6_ François Joseph> Kastner 1744-1834
|                         /                           \                             _____| 26_ Jacques Anstienne 1676
|                        /                             ¯¯¯¯¯| 13_ Marie Thérèse Eléonore Anstienne 1723-1756
|                       /                                                           ¯¯¯¯¯| 27_ Louise Eleonore Anxoine 1692
|3_ Mariae Salome Kastner 1776-1834
                        \                                                           _____| 28_ Martin> Choisy 1672
                         \                              _____| 14_ Jean Baptiste Auguste Choisy 1714-1787
                          \                            /                            ¯¯¯¯¯| 29_ Judith Marguerite> Maurice
                           ¯¯¯¯¯| 7_ Marie Salomé Choisy 1747
                                                       \                            _____| 30_ Hans Georg Rothenbach /1700
                                                        ¯¯¯¯¯| 15_ Maria Salomé Rothenbach 1722-1807
                                                                                    ¯¯¯¯¯| 31_ Anna Maria Vix /1700


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content